Entraînements

Bromont Ultra 160 km

18 septembre 2017
Départ du Bromont Ultra 80 km 2016

Est-ce qu’il faut être fou pour s’inscrire au Bromont Ultra 160 km ? Oops !!!

Après avoir lamentablement choké les Championnats du Monde d’Ironman 70.3 au Tennessee, j’ai décidé de rabattre ma fin de saison sur un autre objectif. Lamentablement c’est un grand mot, on s’entend. J’ai pris une décision qui fut très difficile, mais ô combien rassurante en m’enlevant tout le stresse que cette compétition allait mettre sur la famille et j’avoue que même après avoir écrit que je chokais officiellement, j’avais encore un petit goût d’amertume dans la bouche. Je dois quand même vous remercier des dizaines de messages que j’ai reçu me confirmant que de placer la famille en avant de la compétition était le meilleur des choix, et ce, même si ça semblait super évident.

Ceci étant dit, j’ai quand même une bonne shape en ce moment et étant donné que j’attends un bébé pour la mi-novembre, il me restait encore une petite fenêtre de temps pour aller me chercher une dose massive d’endorphine.

 

C’est pourquoi j’ai décidé de m’inscrire à l’une des courses les plus difficiles de nord-est de l’Amérique du Nord. Rien de moins. On est fou ou on ne l’est pas !

 

Le Bromont Ultra 160 km avec 6400m de dénivelé.

C’est un monstre en soit. Rien qu’à regarder le taux de réussite de l’événement ça fait peur. 50 % des gens qui prennent le départ ne complètent pas la course. L’an dernier, seulement un coureur a réussi le pari de compléter le tout sous les 24h. Cela donne une idée de l’épreuve titanesque qu’est de terminer cette course.

Une chose est certaine, même si je suis en voix de terminer l’année avec mon record de kilomètres (3000 km), il y a un petit feeling d’incertitude devant la distance. Elle fait quand même peur.

Ce sera un plan de match légèrement différent qu’au Vermont 100 que j’ai fait au début de l’été, où j’ai réussi à très bien respecter la distance et ne pas être trop gourmand sur la vitesse de croisière. Cette fois-ci, il va falloir être encore plus conservateur et manger les kilomètres tranquillement si je veux réussir de courir d’un bout à l’autre et aller me chercher ma première ceinture de 100 milers !

Au moins on se rassure en se disant que la moitié du prix d’inscription pour la course va à diverses fondations ! Pour ma part je supporterai la Fondation des Maladies du Coeur (FMC).

Pour en savoir plus sur cette course folle :

Site de l’événement

Levée de fond pour la fondation des maladies du coeur

Article sur Running Magazine qui prouve que cette course n’est pas pour les doux ! 

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply